actions À VENIR PASSEES
© Tarik Essalhi en intervention à Brassac
© Tarik Essalhi en intervention à Brassac
© Tarik Essalhi en intervention à Réalmont
© Tarik Essalhi en intervention à Réalmont
© Tarik Essalhi en intervention à Réalmont
© Tarik Essalhi en intervention à Réalmont
© Tarik Essalhi en intervention à Réalmont
© Tarik Essalhi en intervention à Labastide Rouairoux
© Tarik Essalhi en intervention à Labastide Rouairoux
© Tarik Essalhi en intervention à Castres
Brassac Collège La Catalanié, Castres Collège Jean Monnet, Dourgne Collège Madeleine Cros, Labastide-Rouairoux Collège Vallée du Thoré, Mazamet Collège Marcel Pagnol, Réalmont Collège Louisa Paulin, Vielmur sur Agout Collège René Cassin
Du 2 novembre 2015 au 29 mai 2016
Résidence d’artiste en milieu scolaire : Le SENSORIEL et la MATIÈRE de Tarik Essalhi
Projet de l’APIE Arts PLastiques Tarn-Sud

Résidence de Tarik Essalhi dans 6 établissements scolaires du Tarn-Sud

Projet de l’APIE (Association Pédagogique Inter Établissements) d’arts plastiques Tarn-sud.

« Le SENSORIEL et la MATIÈRE »
Installation, lumière, son, photographie, vidéo.
Tarik Essalhi

Le projet :
La résidence de territoire 2015-2016 expérimente pour la quatrième année consécutive le développement de pratiques artistiques contemporaines en milieu scolaire .
Elle sera animée par l’artiste Tarik Essalhi et s’organise pendant une durée de plusieurs semaines dans les établissements de l’APIE sous forme de rencontres des élèves avec l’artiste et d’ateliers d’expérimentation et de création.
La résidence de territoire permet d’explorer des situations artistiques contemporaines, de créer du lien, de multiplier les échanges avec l’extérieur, de valoriser et de renforcer le maillage inter établissements sur le territoire.

Le groupe d’enseignants de l’APIE souhaite aborder la question de la matérialité dans les pratiques contemporaines sous l’angle du « sensoriel » et donc en premier lieu, interroger les relations que nous entretenons avec les perceptions.

"Nous souhaitons cette année mettre les élèves face à la matière.
Un questionnement sur la figuration à travers l’utilisation des pratiques dites traditionnelles (sculpture, dessin, modelage...) par l’artiste pour parler de notre monde actuel."

"Nous souhaitons explorer avec les élèves les pratiques de multimédias et d’installation en relation avec celles plus traditionnelles de la photographie du dessin, de la peinture... Chaque enseignant au sein de son établissement abordera et développera une approche personnelle de la proposition, cette forme d’autonomie enrichira le projet et l’échange lors de la restitution, et donnera tout son intérêt aux échanges inter-établissement."

Par la découverte du travail de Tarik Essalhi et par la tenue d’ateliers de création, ce projet permet aux élèves d’approcher une pratique artistique et une expression personnelle au sein de groupes de travail constitués.


Les acteurs :

Le projet est mené en partenariat avec le centre d’art Le LAIT, choisi cette année par l’APIE pour la qualité de ses actions de sensibilisation aux pratiques contemporaines.
Le travail de médiation mené par le centre d’art est partie prenante du projet.

Le projet mobilise un grand nombre d’acteurs :
Les enseignants de l’APIE, Le Centre d’Art le LAIT sont accompagnés des Établissements Publics Locaux d’Enseignement. L’IPR d’arts plastiques, la DAAC, la DRAC, le Département du Tarn portent une attention particulière à ce projet.

Parmi le réseau APIE, 6 établissements accueillent la résidence et participent à l’ensemble des activités :
Collèges La Catalanié de Brassac, Jean Monnet de Castres, Madeleine Cros de Dourgne, Vallée du Thoré de Labastide-Rouairoux, Marcel Pagnol de Mazamet, et René Cassin de Vielmur.


Déroulement :

Septembre 2015 : Réunion d’organisation avec les différents partenaires et signature de la Charte afin de la présenter aux chefs d’établissements.
Octobre 2015 : Rencontre d’une demi journée avec l’artiste dans son atelier, présentation du travail, médiation, incitations partagées.
Novembre 2015 : Première résidence d’une demi-journée dans les 6 établissements.
Janvier 2016 : Seconde résidence d’une demi-journée dans les 6 établissements.
Mars 2016 : Troisième résidence d’une demi-journée dans les 6 établissements.
Mai 2016 : Rencontre inter-établissement dans le cadre des projets de l’APIE d’arts
plastiques dans un espace culturel hors établissements (à définir).

Note d’intention de Tarik Essalhi

Diplômé des Beaux-­arts de Paris en 2007, j’ai emménagé dans le Tarn en 2010.
Depuis bientôt vingt ans, je me consacre essentiellement à dessiner, peindre et surtout sculpter le corps humain. Mon travail prend naissance dans la rencontre des artistes de la Renaissance.

Le corps humain, l’anatomie, la sensation des chairs (la morbidezza comme disaient les artistes italiens), sont des points centraux dans ma pratique. A cela s’est ajoutée une conscience souffrante des maux de notre monde. La mort, la répression et la violence s’impriment dans la glaise et les milliers de hachures qui composent mes œuvres dessinées ou sculptées.

Le thème du projet de l’APIE résonne avec ma démarche : les sensations, la matière avec laquelle on lutte et collabore. Partager ma passion, faire découvrir ma pratique, m’enchante. J’espère pouvoir non pas guider mais plutôt accompagner ces "jeunes collègues" comme disait Gustave Courbet (qu’il préférait au mot élève) dans la découverte de ces matériaux, et de ces quelques techniques qui peuvent nous permettre d’exprimer des idées qui ne passent pas uniquement par les mots.

- Le travail de la terre et sa découverte se fait avec de la glaise devant soi, des outils en bois ou métal pour nous aider et lui donner une forme. Il s’agira cependant essentiellement d’utiliser les mains au début.
- L’accompagnement est à la fois technique (comment manier la terre et la forme) mais intervient aussi bien sûr par le biais d’exemples contemporains ou du passé.
- Je ne peux m’empêcher de parler de mes références, donc la culture livresque, par des documents, photographies..., sera présente naturellement.