expositions EN COURS À VENIR PASSEES
© Jean-Paul Planchon
© Jean-Paul Planchon
© Jean-Paul Planchon
© Jean-Paul Planchon
© Jean-Paul Planchon
© Jean-Paul Planchon
© Jean-Paul Planchon
© Jean-Paul Planchon
© Jean-Paul Planchon
© Jean-Paul Planchon
© Jean-Paul Planchon
© Jean-Paul Planchon
© Jean-Paul Planchon
© Jean-Paul Planchon
© Jean-Paul Planchon
© Jean-Paul Planchon
© Jean-Paul Planchon
© Jean-Paul Planchon
Athina Ioannou et Antonello Curcio
Athina Ioannou Antonello Curcio invités par Daniel Buren
du dimanche 22 juin 2008 au dimanche 14 septembre 2008

Hôtel de Viviès

Daniel Buren crée une œuvre pour le site des Moulins Albigeois, à Albi et invite deux artis­tes, Athina Ioannou et Antonello Curcio, à l’Hôtel de Viviès, à Castres.

Athina Ioannou

Les pein­tu­res d’Athina Ioannou sont des volu­mes colo­rés trans­lu­ci­des qui s’ordon­nent et se com­po­sent par séquen­ces, jux­ta­po­sées sur le champ blanc du mur. Chaque œuvre est l’évidence sin­gu­lière d’un geste simple, direct et pri­maire, la pré­sence indi­vi­si­ble et résis­tante d’un équilibre des forces qui se maté­ria­li­sent dans la pein­ture même. Dans ses toiles, dessin et cou­leur ne se sépa­rent pas, ensem­ble ils « sont et font » la pein­ture, le tableau lui même. Il s’agit d’une pein­ture – dessin, une « plus – pein­ture », qui s’appuie uni­que­ment et com­plè­te­ment sur l’acte propre de pein­dre.

Athina Ioannou pro­pose une nou­velle com­po­si­tion de pein­tu­res, conçues spé­ci­fi­que­ment pour l’Hôtel de Viviès à Castres. Elle pré­sente des pein­tu­res colo­rées à l’huile de lin, réa­li­sées sur toile de coton. Ces « pein­tu­res – des­sins », de dimen­sion iden­ti­que, sont exé­cu­tées selon le même prin­cipe, chaque pein­ture est tra­vaillée au recto comme au verso et ins­tal­lée à la même hau­teur.

Antonello Curcio

L’œuvre d’Antonello Curcio repose sur des bases géo­mé­tri­ques et mathé­ma­ti­ques. Les volu­mes, les ombres, les des­sins au crayon, les éléments géo­mé­tri­ques dia­lo­guent cons­tam­ment avec l’espace où ils sont ancrés, avec l’archi­tec­ture et les murs qui les reçoi­vent. Cette inte­rac­tion trans­forme le lieu et le lie inti­me­ment aux oeu­vres, de façon à la fois intui­tive et pré­ci­sé­ment déter­mi­née.

Antonello Curcio pro­pose un projet inédit, spé­ci­fi­que­ment conçu pour l’Hôtel de Viviès :

« …J’ai choisi deux salles blan­ches, plus ou moins de la même dimen­sion, com­mu­ni­cant entre elles par deux pas­sa­ges situés aux extré­mi­tés du mur qui divise les deux espa­ces. Un côté de ce mur est entiè­re­ment blanc et l’autre, également blanc est occupé par une che­mi­née sur­mon­tée d’un miroir rec­tan­gu­laire au cadre doré qui en notre absence reflète le blanc infini du mur en face. Les deux salles sont mises en com­mu­ni­ca­tion avec un jardin exté­rieur à tra­vers quatre fenê­tres qui lais­sent entrer air et lumière. Ensuite, j’ai ima­giné un dessin mural, à hau­teur du regard qui unit les deux cham­bres tout en les entou­rant. »

ver­nis­sage samedi 21 juin à 11h

ressources

CP A Ioannou et A Curcio, 31.8 ko

DP A Ioannou et A Curcio, 337.7 ko