expositions EN COURS À VENIR PASSEES
© Claude Lévèque
© Marc Domage
© Marc Domage
© Marc Domage
© Marc Domage
© Marc Domage
© Marc Domage
© Marc Domage
© Marc Domage
© Marc Domage
© Marc Domage
© Marc Domage
© Marc Domage
© Marc Domage
© Marc Domage
Claude Lévêque
Le Crépuscule du jaguar
du samedi 7 juillet 2007 au mercredi 31 octobre 2007

Claude Lévêque est reconnu depuis de nom­breu­ses années comme un artiste majeur de la scène fran­çaise et inter­na­tio­nale. Ses pre­miè­res œuvres se réfè­rent à la culture punk et new wave des années 80 et ouvrent son champ d’inves­ti­ga­tion, la culture popu­laire, l’envi­ron­ne­ment quo­ti­dien, les images men­ta­les et sub­jec­ti­ves.

Claude Lévêque crée des ambian­ces, des envi­ron­ne­ments, des objets. Il a élargit la dimen­sion de l’ins­tal­la­tion par l’uti­li­sa­tion de la puis­sance sen­so­rielle de la lumière et du son. Attaché aux « aspects rela­tion­nels et aux vibra­tions d’un lieu ». Claude Lévêque cons­truit des scènes d’une grande force d’expres­sion, en réso­nance avec l’his­toire, la fonc­tion passée ou pré­sente et l’archi­tec­ture des lieux. Jouant en vir­tuose de la capa­cité des œuvres à pro­vo­quer des émotions visuel­les et sen­si­bles, il bous­cule les habi­tu­des per­cep­ti­ves et réac­tive les réfé­ren­ces cultu­rel­les.

Pour l’espace des Moulins à Albi, Claude Lévêque crée un par­cours visuel et phy­si­que ins­piré par l’archi­tec­ture par­ti­cu­lière du site, entre nature et culture, et le contexte his­to­ri­que du lieu.

Le trau­ma­tisme né de l’ins­crip­tion ter­ri­to­riale de l’idéo­lo­gie cathare et de son anéan­tis­se­ment par les pou­voirs reli­gieux et poli­ti­ques du XIeme siècle au XIVeme siècle, la vio­lence de la rivière, dont la force maî­tri­sée a permis l’essor économique des Moulins Albigeois, l’empla­ce­ment actuel du centre d’art pré­servé par le danger poten­tiel du cours d’eau en sont les carac­té­ris­ti­ques. Claude Lévêque méta­mor­phose les lieux : la grande salle voûtée devient une caverne, la vision est exa­cer­bée à 360 ; l’ombre et la lumière contri­buent à mettre tous les sens en alerte dans l’atmo­sphère noc­turne, où des appa­ri­tions et des pré­sen­ces sculp­tu­ra­les sur­gis­sent.

« Ce dis­po­si­tif ini­tia­ti­que nous confronte à notre ani­ma­lité, mêlée aux secrets les plus enfouis. Cette cache de repli et de guet anti­cipe une nou­velle dérive d’irréa­lité. Cette nou­velle expé­rience que je pro­pose ici dans les Moulins Albigeois est comme une méta­phore du mythe cathare. Une piste guer­rière, sau­vage et sen­so­rielle ». Claude Lévêque