expositions EN COURS À VENIR PASSEES
© Marc Boyer
© Michel François
© Marc Boyer
© Marc Boyer
© Marc Boyer
© Marc Boyer
© Marc Boyer
© Marc Boyer
© Marc Boyer
© Marc Boyer
© Marc Boyer
Exposition collective
La Ricarda
du samedi 31 mars 2007 au dimanche 3 juin 2007

Angel Vergara Ann Veronica Janssens François Curlet Joël Benzakin Joerg Bader Jordi Colomer Jos De Gruyter et Harald Thys Loïc Vanderstichelen Lucia Bru Michel François Pierre Droulers Richard Venlet Simon Siegmann

Moulins Albigeois, Albi
Hôtel de Viviès, Castres

Commissariat : Michel François, Jean-Paul Jacquet

Michel François, artiste de dimen­sion inter­na­tio­nale, a été invité à conce­voir une expo­si­tion pour le LAIT. Il pro­pose alors de réa­li­ser un film dont le tour­nage s’est effec­tué en juillet 2006 à La Ricarda, Casa Gomis.

LA RICARDA a été cons­truite dans les années 50, par Antoni Bonet célè­bre archi­tecte cata­lan, à la demande d’un indus­triel pas­sionné par la musi­que contem­po­raine, proche de John Cage de Tapiès et de Miro. Le domaine se situe à El Prat de Llobregat, au milieu d’une forêt de pins entre l’aéro­port et la ban­lieue de Barcelone. Cette archi­tec­ture, s’ins­crit dans un envi­ron­ne­ment dont la réa­lité actuelle, pol­lu­tion, voi­si­nage de l’aéro­gare, bidon ville et « quar­tier chaud » de la péri­phé­rie de Barcelone, est emblé­ma­ti­que de la vie urbaine.
Le contraste entre l’utopie de la moder­nité conte­nue dans l’archi­tec­ture et la réa­lité de la moder­nité urbaine actuelle contri­bue à l’inté­rêt de l’expé­rience.

La Ricarda est un film où se croi­sent et s’entre­la­cent les points de vues de treize artis­tes pour cons­ti­tuer une fic­tion sans récit, un laby­rin­the où se per­dent les sin­gu­la­ri­tés pour lais­ser appa­raî­tre une forme com­po­site et fas­ci­nante. Maison habi­tée de per­son­na­ges qui ne se ren­contrent pas, tels des fan­tô­mes, elle res­pire de ces dif­fé­rents souf­fles, s’anime et devient le per­son­nage prin­ci­pal de ce film qui s’offre comme autant de pos­si­bles his­toi­res, de nar­ra­tions incer­tai­nes, d’éclats visuels et sono­res.
Treize artis­tes ont été invi­tés à séjour­ner à La RICARDA pour y réa­li­ser des séquen­ces vidéo de leur choix avec pour seul fil conduc­teur l’unité de temps et de lieu qui les réu­nis­sait : juillet 2006 et la Ricarda. Un tra­vail initié en toute liberté, sans thé­ma­ti­que impo­sée. Une équipe tech­ni­que ainsi que la logis­ti­que néces­saire à leurs pro­jets étaient mises à dis­po­si­tion sur les lieux du tour­nage.
L’enjeu de cette invi­ta­tion était d’expé­ri­men­ter la pos­si­bi­lité d’une œuvre com­mune à partir des séquen­ces réa­li­sées par chaque artiste, des styles ou des dis­ci­pli­nes pro­pres à chacun des inter­ve­nants (plas­ti­ciens, cho­ré­gra­phes, vidéas­tes, scé­no­gra­phes) d’explo­rer une forme qui ne soit pas direc­te­ment iden­ti­fia­ble, de pro­po­ser un film dont le script s’écrirait dans la dyna­mi­que d’un mon­tage jouant de toutes les images.
La rési­dence par­ta­gée, la liberté créa­tive du film cons­truit à partir des séquen­ces indi­vi­duel­les relè­vent d’une utopie artis­ti­que et moderne, ré - expé­ri­men­tée, ins­crite dans le futur.
Ce projet permet d’inter­ro­ger la pos­si­bi­lité d’ouvrir des espa­ces d’utopie et d’échange entre les artis­tes et la société, actuelle ou non, tout en ques­tion­nant la forme de l’expo­si­tion en tant que film.

ressources

CP La Ricarda, 813.5 ko