expositions EN COURS À VENIR PASSEES
Antoine Moreau
Exposition mode d’emploi n°6
du mercredi 31 mai 2006 au mercredi 19 juillet 2006

Carmaux, Labruguière, Dourgne, Alban, Brassac, Albi

Commissariat : Jackie-Ruth Meyer

"J’ai peut-être aban­donné des pein­tu­res un peu par­tout depuis plus de 10 ans. Dans divers lieux publics ou privés. Il se trouve quel­ques pein­tu­res à l’abri des regards en région Midi-Pyrénées et par­ti­cu­liè­re­ment dans le dépar­te­ment du Tarn."
Antoine Moreau

Antoine Moreau est peut-être un artiste. Il déve­loppe l’idée de « Copyleft », issu des logi­ciels libres, pour la créa­tion hors logi­ciel qui remet en ques­tion la pro­priété intel­lec­tuelle telle qu’elle est défi­nie. Le terme de « Copyleft » est à l’ori­gine une bou­tade jouant sur l’inver­sion du terme Copyright. Ce concept sort l’œuvre de la pro­priété intel­lec­tuelle et lui assure une exis­tence ouverte pour la rendre dis­po­ni­ble à une appro­pria­tion par­te­naire. Avec le « Copyleft », le spec­ta­teur peut faire œuvre et lui faire suite. Outre son acti­vité de dif­fu­sion du « Copyleft » et de la Licence art Libre dont il est co-rédac­teur, Antoine Moreau se carac­té­rise par une plus qu’étonnante invi­si­bi­lité. Son jeu pré­féré se joue entre les genres et les sta­tuts, les caté­go­ries, un jeu qui consiste, pré­ci­sé­ment, à se placer « entre ». Une logi­que de la faille, de l’inters­tice, est à l’œuvre dans son tra­vail :

- Les Vitagraphies sont des toiles posées au sol qui recueillent le pas­sage des évènements, c’est à dire des spec­ta­teurs auteurs de traces.

- Les pein­tu­res de pein­tres sont une super­po­si­tion des pein­tu­res, toutes effec­tuées sur la même toile par des pein­tres de ren­contre et qui se pei­gnent les uns par dessus les autres. Une trace photo témoi­gne des pein­tu­res réa­li­sées.

- Les Sculptures Confiées par­ti­ci­pent de cette invi­si­bi­lité puis­que confiées de per­son­nes en per­son­nes elles sont par­fois ame­nées à dis­pa­raî­tre.

- L’invi­si­bi­lité est au cœur de la démar­che d’Antoine Moreau en même temps qu’une para­doxale pré­sence, par un mini­ma­lisme du geste. Dans cette logi­que, il a mis en place, depuis quel­ques années, une démar­che qui consiste à cacher des pein­tu­res.
« Un jour ou l’autre mes pein­tu­res sont trou­vées par acci­dent et elles devien­nent ce que l’inven­teur (celui qui trouve) en fait : pou­belle, tiroir de la com­mode ou expo­si­tion sur le mur du salon. Je mets mon numéro de télé­phone et il arrive que des années plus tard, quelqu’un au bout du fil me dise sa sur­prise et joie d’avoir trouvé une pein­ture. […] Je perds tout et retrouve l’essen­tiel du tout. » Antoine Moreau
La pro­po­si­tion de rési­dence faite par le centre dépar­te­men­tal d’art contem­po­rain cimaise et por­ti­que à Antoine Moreau s’ins­crit dans la conti­nuité de la série des Peintures Cachées :
« Mon projet est de pour­sui­vre et appro­fon­dir mes dépôts dans la région autour d’Albi… Juste avoir les moyens de cacher mes images secrè­te­ment : une voi­ture, un lieu de rési­dence et un entou­rage com­pré­hen­sif. » Antoine Moreau

La genèse du projet :
- Première ren­contre : du 6 au 9 février 2006
Présence de l’artiste sur le dépar­te­ment pour pré­sen­ter sa démar­che artis­ti­que auprès des ensei­gnants et des clas­ses de col­lège impli­qués dans le projet. Prise de connais­sance du ter­ri­toire (entre Alban, Carmaux, Dourgne, Labruguière et Brassac) qui lui est pro­posé pour aban­don­ner ses œuvres. Lors de cette pre­mière venue Antoine Moreau a passé une demi-jour­née dans chaque établissement sco­laire impli­qué dans le projet afin de ren­contrer les clas­ses.

- Deuxième ren­contre : 12 et le 19 mai 2006
L’artiste effec­tue sa rési­dence et aban­donne ses pein­tu­res sur le ter­ri­toire du Tarn.
L’expo­si­tion :
Suite à la rési­dence, l’expo­si­tion Mode d’emploi est orga­ni­sée et invite le visi­teur à aller à la recher­che des pein­tu­res cachées dans le dépar­te­ment. Le prin­cipe est simple, un mode d’emploi est dis­tri­bué au public pour qu’il puisse, selon des indi­ca­tions pré­ci­ses, décou­vrir les pein­tu­res. C’est un par­cours qui en même temps fait décou­vrir un ter­ri­toire et agir les visi­teurs. Au terme du par­cours, les par­ti­ci­pants sont invi­tés à décrire leur visite sur une feuille copy­left dont l’ensem­ble pourra cons­ti­tuer au final le cata­lo­gue de l’expo­si­tion.

L’expo­si­tion aujourd’hui :
Ce projet est une oppor­tu­nité de décou­vrir ou redé­cou­vrir ensem­ble un ter­ri­toire, à tra­vers une pra­ti­que artis­ti­que. Il s’agit d’un projet reconduc­ti­ble à l’infini selon la volonté de l’artiste qui, en pla­çant le mode d’emploi de l’expo­si­tion sous Licence Art Libre, invite chacun à se le réap­pro­prier : que chacun l’emploie, le déploie, le ploie selon sa conve­nance et dans un temps indé­ter­miné. Les modes d’emplois sont dis­po­ni­bles dans les offi­ces du tou­risme d’Alban de Brassac, de Carmaux, de Dourgne et de Labruguiere
Epilogue :
Antoine Moreau sou­haite faire cir­cu­ler les copy­lefts des élèves en une expo­si­tion sans point de chute final, dans dif­fé­rents établissements et struc­tu­res, alors invi­tées, elles aussi à visi­ter l’expo­si­tion mode d’emploi n°6 à Alban, Brassac, Carmaux, Dourgne et Labruguière et à enri­chir la col­lec­tion de copy­lefts. Cette expo­si­tion par­tira du Lycée la Borde Basse de Castres en jan­vier 2008 et pas­sera à Mazamet puis à la cité sco­laire Bellevue d’Albi dans un pre­mier temps. Les dates et lieux res­tent à défi­nir.

ressources

CP Antoine Moreau, 162.5 ko

Exposition 6.0 Antoine Moreau, 2.1 Mo