expositions EN COURS À VENIR PASSEES
© Lili Reynaud Dewar
© Phoebe Meyer
© Phoebe Meyer
© Phoebe Meyer
© Phoebe Meyer
Echos #5 - Nota Bene
du 30 janvier au 13 mars 2016

Le Centre d’art et l’ADDA du Tarn croi­sent arts plas­ti­ques et danse : Lili Reynaud Dewar et la Compagnie Labkine

Pour la cin­quième année consé­cu­tive le Centre d’art Le LAIT et l’ADDA du Tarn croi­sent arts plas­ti­ques et danse. L’expo­si­tion donne lieu à des ate­liers de danse et d’arts plas­ti­ques à des­ti­na­tion des jeunes publics dont les élèves du Conservatoire de danse.

Cette édition confronte une œuvre de Lili Reynaud Dewar et une inter­ven­tion de la Compagnie Labkine, sur le thème de l’hom­mage à des figu­res his­to­ri­ques, la trans­mis­sion de leur mémoire et leur actua­li­sa­tion.

Lili Reynaud Dewar, (née en 1975, vit et tra­vaille à Grenoble), a déjà une reconnais­sance inter­na­tio­nale remar­qua­ble. Son tra­vail s’ins­pire des cultu­res alter­na­ti­ves et fémi­nis­tes, au tra­vers de figu­res his­to­ri­ques trans­gres­si­ves, aux­quel­les elle rend hom­mage en les rechar­geant de sens. Sa pra­ti­que, au croi­se­ment de la per­for­mance, de la vidéo et de l’ins­tal­la­tion, inter­roge les ques­tions iden­ti­tai­res, les formes de domi­na­tion et de résis­tance, l’espace domes­ti­que et l’ins­crip­tion du corps dans les espa­ces publics et inti­mes, notam­ment par la danse.

Dans l’ins­tal­la­tion « What a pity you’re an archi­tect Monsieur. You’d Make a Sensational Partner », prêtée par le FRAC des Pays de la Loire, l’artiste convo­que les cho­ré­gra­phies de Joséphine Baker, dan­seuse afro-amé­ri­caine. Le titre fait réfé­rence à une phrase des­ti­née à Le Corbusier. Lili Reynaud Dewar lie ici archi­tec­ture, danse, sculp­ture et film à de peti­tes his­toi­res, inti­mes, des réfé­ren­ces à la vio­lence et à la séduc­tion.

La com­pa­gnie Labkine, créée en 1998, active à l’échelle natio­nale, revi­site et actua­lise des œuvres du réper­toire moderne et contem­po­rain. En 2016, la com­pa­gnie créée le spec­ta­cle « Has been » dans lequel elle déchif­fre et ana­lyse « The Cobra » de Ruth Saint Denis (1906), « The cros­sing » d’Isadora Duncan (1923) et « L’Après midi d’un faune » de Kurt Joos (1966).

Pour le ver­nis­sage la Cie pro­pose une per­for­mance à partir d’extraits du spec­ta­cle, par la dan­seuse Valéria Giuga et l’écrivain poète Jean Michel Espitallier. Les par­ti­tions en ciné­to­gra­phie Laban seront également pré­sen­tées au Centre d’art.


Visite de grou­pes pos­si­bles du 25 au 28 jan­vier sur rendez-vous : Hélène Lapeyrère 06 27 40 10 86

Vernissage le ven­dredi 29 jan­vier à 18h30

partenaires

En partenariat avec l’ADDA et le FRAC Pays de la Loire